Humus numericus

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

R, Spip et autres

Mot-clé - libé

Fil des billets

mardi 10 janvier 2006

Chavez antisémite ? ou de la désinformation à Libération et au Monde

Peut-être êtes-vous, comme moi, tombés sur l'article de Libération du 9 janvier dernier et délicatement intitulé Le credo antisémite de Hugo Chávez. Dans ce texte signé Jean-Hébert Armengaud, on y apprend que le président vénézuelien aurait prononcé à Noël un discours dont un passage comporterait des connotations fortement antisémites, qu'on en juge :

il se trouve qu'une minorité, les descendants de ceux qui ont crucifié le Christ (...) s'est emparée des richesses du monde (...) et a concentré ces richesses entre quelques mains.

J'avoue qu'à la lecture de cette phrase, mon opinion a quelque peu vacillée. Ce fut même plutôt un coup dur quand on pense que ce qui se passe actuellement au Vénézuela (et peut-être bientôt en Bolivie) est une des rares raisons de rester optimistes actuellement.

Le lendemain, c'est au tour du Monde de titrer sur le même sujet : le centre Wiesenthal accuse M. Chavez d'antisémitisme. Cette fois-ci, la citation est légèrement plus longue :

Il y a dans le monde de quoi satisfaire les besoins de tout le monde, mais (il y a) des minorités, les descendants de ceux qui ont crucifié le Christ, les descendants de ceux-là même qui ont expulsé Bolivar d'ici et qui l'ont crucifié à sa manière à Santa Marta en Colombie. Une minorité s'est appropriée des richesses du monde.

Cette fois, la citation est un peu plus ambiguë, et on se demande un peu (et l'article le fait également) ce que les juifs auraient à voir avec Simon Bolivar. La conclusion du texte est un peu plus nuancée que celui de Libération, mais on imagine ce qu'en ont pensé ceux qui n'ont lu que le titre de l'article.

En fait, la citation exacte est beaucoup plus longue. Comme l'indique un billet du blogue de Jean-Luc Mélenchon, le texte complet du discours est téléchargeable sur Internet sous la forme d'un document PDF. On découvre alors, page 18, le passage incriminé :

El mundo tiene para todos, pues, pero resulta que unas minorías, los descendientes de los mismos que crucificaron a Cristo, los descendientes de los mismos que echaron a Bolívar de aquí y también lo crucificaron a su manera en Santa Marta, allá en Colombia. Una minoría se adueñó de las riquezas del mundo, una minoría se adueñó del oro del planeta, de la plata, de los minerales, de las aguas, de las tierras buenas, del petróleo, de las riquezas, pues, y han concentrado las riquezas en pocas manos: menos del diez por ciento de la población del mundo es dueña de más de la mitad de la riqueza de todo el mundo y a la... más de la mitad de los pobladores del planeta son pobres y cada día hay más pobres en el mundo entero.

Traduction proposée par un article très complet sur le sujet du Réseau Voltaire :

Le monde appartient à tous, toutefois des minorités, les descendants de ceux-là mêmes qui crucifièrent le Christ, les descendants de ceux-là mêmes qui expulsèrent Bolivar d’ici et le crucifièrent d’une certaine manière à Santa-Marta, en Colombie ; une minorité s’est approprié les richesses du monde ; une minorité s’est approprié l’or de la planète, l’argent, les minéraux, l’eau, les bonnes terres, le pétrole, les richesses donc, et les a concentrées entre quelques mains : moins de 10 % de la population mondiale est propriétaire de plus de la moitié des richesses du monde.

Conclusion : tout était dans les (...). Que dire sinon que le texte de Chavez a été délibérément déformé pour lui donner des connotations antisémites ? Face à de tels agissements, le mot "journalisme" est bien vite remplacé par d'autres qualificatifs : "désinformation", "manipulation", ou "propagande".

Cette histoire aura au moins eu un mérite : si Chavez dérange à ce point, c'est qu'il y a sans doute de bonnes raisons de s'intéresser à ce qui se passe au Vénézuela et qui pourrait bien, qui sait, se propager un peu, du moins en Amérique latine.

Mise à jour : comme d'habitude, Acrimed vient de publier un excellent article qui fait un point complet sur cette affaire.

jeudi 10 novembre 2005

Google se tape Villepin (mais sans faire exprès)

Les ratés de l'indexation et de l'association sémantique sont un grand classique du web. On ne compte plus les exemples d'affichages malheureux de publicités "ciblées" tombant tout à fait hors de propos et apparaissant incongrues, voire scandaleuses. On sait aussi que Sarkozy et l'UMP utilisent Google ces jours-ci pour faire leur pub lors de recherches effectuées avec des mots-clés relatifs aux émeutes urbaines.

Et bien si vous mélangez un peu tout ça, vous pouvez obtenir des trucs plutôt rigolos, comme le montre la capture d'écran suivante, qui est certifiée véridique puisque c'est moi qui l'ai faite (et qu'accessoirement vous en trouverez d'autres copies ailleurs). C'est la page d'accueil de Google News France telle qu'elle apparaissait ce matin à 11h45 :

Capture Google

Voilà donc une illustration assez imagée et particulièrement pertinente de la politique du gouvernement en général et concernant les événements récents en particulier. Surtout si vous y ajoutez l'extrait de l'article de Libération qui y est associé et qui explique à propos de Villepin que "sous les marques de fatigue, le regard brille d'excitation".

P.S. : on pourra d'ailleurs remarquer que l'image en question montre une grande flexibilité, si je puis dire, dans le sens où elle semble pouvoir s'adapter à un grand nombre de thèmes d'actualité. De mon point de vue, on aurait sans doute pu la mettre en illustration de la brève précédent celle sur Villepin.