Humus numericus

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

R, Spip et autres

Mot-clé - animaux

Fil des billets

lundi 28 août 2006

Des chiffres à vous faire devenir végétarien

Un chiffre cité en introduction d'un article du Monde diplomatique de ce mois a failli me faire tomber de mon siège de métro cet après-midi : il indiquait que le nombre d'animaux abattus chaque année aux Etats-Unis pour l'alimentation s'élève à... huit milliards !

Du coup, je suis allé faire un tour sur le site du ministère de l'agriculture pour voir ce que ça donne en France. En 2005, on a les résultats suivants :

  • Gros bovins : 3 521 000
  • Veaux : 1 747 000
  • Porcins : 25 116 000
  • Ovins: 5 306 000
  • Caprins : 895 000
  • Equidés : 21 700
  • Volailles : environ 916 millions (2004)

Je n'ai pas pu retrouver le chiffre concernant les lapins, mais celui-ci s'élevant à environ 43 millions en 1992, on aboutit à un bon milliard d'animaux par an. Ce qui est cohérent avec les chiffres antérieurs de 1992. Pour info, le nombre d'oeufs de poule de consommation produit en 2005 est de 11,5 milliards (soit pas loin de 200 par habitant).

Toujours pour info, le nombre d'animaux abattus en Belgique en 2005 est de 280 millions.

Et tout ça nous donne le chiffre total de 50 milliards pour le monde entier en 2003.

C'est là qu'on se rend compte que parler en nombre d'animaux n'est pas la même chose que de parler en tonnes de viandes. Dans le premier cas, il s'agit d'êtres vivants, dans le deuxième cas de marchandise. Et si on rapporte ces chiffres à des durées plus courtes, on imagine les cadences dans les abattoirs industriels : 16 000 animaux abattus par minute aux Etats-Unis, 31 animaux tués par seconde rien qu'en France.

La consommation de viande est évidemment très inégalement répartie dans le monde. En moyenne mondiale 36,4 kilos par personne en 1997-1999, cette valeur passe de 5,3 kilos en asie du sud à 88 kilos dans les pays industrialisés. Et cette quantité devrait continuer à augmenter, passant en moyenne à 45,3 kilos dans le monde, et à plus de 100 kilos par habitant pour les pays les plus riches (chiffres tirés d'un rapport de l'OMS, page 21).

Je tiens à signaler que je ne suis pas végétarien. Il s'agit sans doute d'une de mes incohérences internes et des compromissions que nous faisons tous au quotidien avec nos idées et nos valeurs, mais en tous cas je n'ai pas encore passé le cap. Sans aller jusque là, il est déjà très facile et économique de diminuer sa consommation de viande et de poisson. Une fois par jour suffit largement, et peut même être au-dessus des recommandations de l'OMS (désolé, je n'ai pas trouvé de document très clair sur ce sujet malgré plusieurs recherches).