Humus numericus

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

R, Spip et autres

Mot-clé - égalité

Fil des billets

mardi 21 mars 2006

Quelques réflexions sur le concept d’égalité

Ce texte se veut une participation à l’appel à contribution lancé par le collectif Les mots sont importants sur le thème Qu’est-ce que l’égalité ; il vient d'ailleurs d'être publié sur leur site. Il s’appuie sur des convictions personnelles plus que sur de nombreux auteurs ou références. Il se place dans une perspective qui n’est ni pragmatique ni réaliste mais délibérément utopique. Enfin, il repose sur deux idées principales : l’égalité est une valeur fondamentale et un principe directeur de l’action humaine ; elle n’a de sens réel que si elle se concrétise par une égalité de fait.

Lire la suite...

vendredi 27 août 2004

Utopie

On a souvent tendance à se dire ces temps-ci que le discours de "la seule politique possible" commence à nous étouffer sérieusement et qu'un peu d'utopie ne ferait pas de mal. Bon, ben y'a qu'à s'y mettre, après tout...

Partons d'un constat simple. Imaginons que le PDG de Renault (pour en prendre un au hasard) travaille trois jours par semaine en tant que PDG de sa boîte, mais passe les deux jours suivants comme ouvrier à la chaîne "de base" dans une de ses usines (avec la rémunération qui va de pair pour ces deux journées). Ceci n'est qu'un exemple, on pourrait aussi mettre le directeur de France Telecom opérateur dans un central d'appels ou celui de Bouygues manoeuvre sur un chantier, les idées réjouissantes ne manquent pas. Ne pensez-vous pas que ces fringants PDG sans doute membres du Medef auraient rapidement envie :

  • de repenser les conditions de travail dans leur entreprise
  • de réévaluer quelque peu le salaire de leurs employés ?

On pourrait de manière plus générale imaginer un brassage professionnel qui toucherait l'ensemble de la population. Chacun passerait la moitié de la semaine dans un travail "qualifié" (ce qui n'est surtout pas synonyme "d'intellectuel") et l'autre moitié dans un travail plus difficile en termes de répétitivité, de dangerosité ou d'exigences physiques. On peut imaginer de très nombreuses vertus à un système de la sorte, en particulier en termes de solidarité et de cohésion sociales (il y aurait sans doute plus de monde dans les manifs), de disparités salariales (ça entraînerait un nivellement par le milieu) ou d'espérances de vie, d'amélioration des conditions de travail, de lutte contre l'aspect symbolique et culturel de la domination sociale, etc.

Bien sûr, la mise en oeuvre pratique de ce genre de mesures poserait de nombreuses questions. La première est sans doute la possibilité de convaincre les gens de participer (et pas seulement les PDG). La deuxième concerne la définition des activités "qualifiées" contre les "non qualifiées", la mise en place de cette frontière (artificielle) engendrerait certainement de nombreuses luttes.

Mais bon, j'ai parlé d'utopie, pas de programme électoral du PS !