Humus numericus

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

R, Spip et autres

Humeur, politique

Fil des billets

mardi 22 mai 2007

Le gouvernement est en campagne, bordel !

Un petit détail semble échapper à pas mal de monde, et notamment aux grands médias, concernant la situation actuelle du nouveau gouvernement : ça n'est pas un gouvernement en action, c'est un gouvernement en campagne pour les législatives !

Alors évidemment, c'est opération séduction tous azimuts. Le gouvernement est plein de jeunes, de nouvelles têtes et de femmes. Rappelez-vous Juppé et ses juppettes en 95 : tout ça avait dégagé fissa au premier remaniement ministériel. Evidemment on met des cautions "de gauche" plus ou moins scélérates, mais ceux-ci dégageront aussi à la moindre incartade après le 17 juin. Evidemment on fait une réunion préparatoire à une autre réunion avec des ONG travaillant sur l'environnement (et on appelle ça passer à l'action), et la plupart des ONG en question resortent toutes guillerettes.

Mais bordel, y'a les législatives dans trois semaines ! Nous ne sommes pas encore sortis de la période de campagne et de promesses éhontées ! Tout ça disparaîtra rapidement dès cet été !

En attendant, le PS n'a jamais été aussi lamentable, les différents groupuscules d'extrême gauche mettent des candidats partout histoire, si jamais ils dépassaient 1% quelque part, de ramener quelques thunes à leurs organisations moribondes. Et les rares candidatures unitaires galèrent sans moyen et sans véritable dynamique derrière elles, tandis que Bové vient nous demander des sous après s'être barré avec Marie-Ségolène le lendemain du premier tour sans rien demander à personne !

Tout ça nous promet un magnifique raz-de-marée à droite début juin. Et un autre raz de marée de mesures assassines en tous genre dans la foulée.

Tiens, en prévision, l'association lyonnaise Témoins a mis en place une caisse de solidarité à l'échelle de l'agglomération pour anticiper les futures grèves et répressions policières qui iront avec.

vendredi 11 mai 2007

La devinette écolo du jour

Le défi est d'essayer de deviner ce que peut contenir l'emballage de la photo ci-dessous :

Cékoidon ?

Alors, est-ce un vase de la Chine antique acheté clandestinement sur Ebay ? Un cocktail Molotov bien à l'abri pour les prochaines manifs ? Un don d'organe envoyé par la Poste ?

Non non, ce magnifique emballage contenait tout simplement des bananes biologiques achetées par Internet via le site de vente en ligne de Carrefour. Oui, j'avoue, nous faisons une bonne partie de nos courses par Internet, et c'est rudement pratique. De plus, n'ayant jamais rien lu sur le sujet, je ne sais pas si c'est mieux ou moins bien en termes écologiques et de conditions de travail, donc je fais semblant d'imaginer que ça n'est pas pire...

M'enfin, un emballage pareil pour 6 malheureuses bananes bio...

jeudi 10 mai 2007

Même Finkielkraut lâche Sarkozy !

Difficile à croire, et pourtant, après seulement quatre jours en tant que même pas encore président, Sarkozy parvient à se faire lâcher par l'un des pseudo-intellectuels les plus à droite qui soit, à savoir ce bon vieux Finky, oui oui, celui-là même qui n'a pas contredit Jean-Claude Milner, invité de son émission sur France Culture, lorsque celui-ci a affirmé que Les héritiers de Bourdieu était un livre antisémite.

Et bien le même Finky clame aujourd'hui à propos de Nicolas Sarkozy : Pendant trois jours, il nous a fait honte.

A lire sur Le Monde :

mardi 16 janvier 2007

Le quad c'est de la merde

Voilà-t-y pas que ce week-end, nous avons eu la curieuse idée de vouloir profiter du réchauffement climatique et des dernières décennies qui nous restent avant d'être transformés en poulet rôti pour aller faire un tour à la campagne prendre un bol d'air pur au milieu des oiseaux qui chantent, c'est vous dire si on en a plus pour longtemps.

Le temps était quasi-printanier, la balade agréable, à peine avons-nous remarqué un chemin quelque peu boueux et pas toujours très pratiquable, surtout avec une petite fille de trois ans. Mais bon, après tout, c'est la nature, c'est normal qu'il y ait un peu de terre et d'eau, profitons en tant qu'il y en a encore.

Petite pause pique-nique, on profite de la tranquillité du lieu quand un léger ronflement se fait entendre. On aurait d'abord pu croire que l'un d'entre nous s'était laissé aller à une petite sieste, mais le niveau sonore devint bientôt beaucoup trop élevé pour provenir de cordes vocales même particulièrement efficaces. Tournant la tête vers l'origine de ce vacarme, nous vîmes alors émerger de la forêt un engin ridicule avec quatre grosses roues, un moteur super bruyant, une carosserie recouverte de boue et, juché par dessus, un espèce de guignol avec un casque qui parvenait mal à dissimuler sa fierté de dompter ainsi un engin synonyme de puissance, de testostérone et d'hypertrophie de l'appareil reproducteur.

Non seulement ce con nous a fait chier à cause du bruit infernal qui s'entend à 500 mètres à la ronde, non seulement ce crétin nous met potentiellement en danger de nous faire rouler dessus au détour d'un sous-bois, non seulement cet abruti nous empeste avec ses vapeurs d'essence en pleine nature, mais en plus ce clown a passé son après-midi à bousiller les chemins de terre en semant ornières et flaques de boue partout sur son passage. J'imagine le bonheur de ces dégénérés du bulbe qui passent leur semaine dans leur bagnole puis, dès qu'ils sont en week-end, courent profiter de la nature en pilotant une saloperie de moto-cross avec les petites roues qui vient déverser son quota de CO2 en plein bois tout en dégradant les chemins pour l'ensemble des promeneurs et des gens qui y travaillent. Et je suis sûr que ces crétins sont en plus très fiers d'eux quand ils croisent une famille avec de la boue jusqu'aux cuisses et qui les regarde passer avec des regards noirs.

Le seul truc qui m'a fait plaisir c'est d'imaginer que ces mecs-là, après avoir fait chier tout le monde le samedi, doivent passer leur dimanche à nettoyer leur bécane et leur combinaison cuir de toute la gadoue accumulée par leur grosses roues crantées bousilleuses de sentier.

Mise à jour du 11 février 2008 : suite au commentaire affligeant d'un soit-disant porte-parole de la fédération française de Quad, qui m'accuse de vouloir mettre en danger la vie d'autrui avec ma proposition de mettre des branches en travers des chemins (alors que j'avais bien précisé hors de question de provoquer des accidents ou d'embêter les vététistes), et comme j'ai autre chose à foutre que de perdre mon temps avec ces conneries, je propose plutôt que chaque personne croisant un quad dans un chemin de forêt non prévu pour cet usage lui fasse une grimace bien bien moche et, de plus, s'il s'agit d'un quadiste membre de la FFQ, qu'il chante à pleins poumons Tirelipimpon sur le chihuahua pour bien montrer à quel point ces sportifs de haut niveau domptant avec autant de classe toute cette fantastique puissance mécanique les impressionne.

Et encore, je suis foutu de me faire attaquer en justice pour incitation à la matraitance sur animaux par la fédération française des amis des chihuahuas.

Bon, laissez tomber...

mardi 7 novembre 2006

Le Village vertical

Le Village vertical est un projet de création d'une coopérative d'habitants sur le Grand Lyon.

L'idée est simple : se regrouper pour construire ou rénover un immeuble dont les loyers seraient peu élevés, soustraits de la spéculation immobilière, géré démocratiquement, comportant des espaces communs mutualisés (grande salle de réunion, chambre d'amis, atelier, terrasse ou jardin...) et une réelle vie de voisinage. Le projet encouragerait la mixité sociale en intégrant des logements réservés à des personnes âgées ou précaires. L'immeuble serait situé à proximité des transports en commun et la construction privilégierait autant que possible matériaux écologiques et énergies renouvelables.

Ce type de projets existe depuis de nombreuses années dans les pays scandinaves ainsi qu'aux Etats-Unis et au Canada. L'idée est de mettre en place une première réalisation à Lyon dans les années qui viennent. Une association a été créée il y a un an et un groupe actif travaille depuis à la concrétisation des différents aspects du projet (foncier, architecture, statut juridique, finances, etc.).

Si vous voulez davantage d'informations, le site web du projet vient d'être mis en ligne :

jeudi 24 août 2006

Internet et vie privée ? Raté !

Quand on est seul devant son ordinateur, chez soi ou au boulot, on peut parfois être tentés de se croire seul, à l'abri des regards indiscrets. C'est évidemment totalement faux, mais un bon exemple vaut mieux qu'un long blabla.

Cet après-midi, je me suis amusé à regarder dans Google quelles étaient les pages qui pointaient vers ce blog (yep, c'est un peu narcissique, je sais, mais ça passe le temps). En toute fin de liste, je suis tombé sur une page située sur un serveur d'un grand organisme de recherche français (non, ça n'est pas le CNRS). La page en question ressemblait à ça :

De quoi s'agit-il ? C'est un rapport généré automatiquement à partir de l'activité d'un logiciel nommé Squid. Ce logiciel a la particularité, même si ça n'est pas sa fonction première, d'enregistrer toutes les adresses des sites webs auxquels se sont connectés les utilisateurs du réseau sur lequel il opère. Et c'est bien de cela qu'il s'agit : dans la colonne de gauche nous avons une liste de sites, et dans celle de droite les utilisateurs qui les ont consulté dans la semaine du 30 juillet au 6 août dernier. Les noms d'utilisateurs sont donnés sous la forme initiale du prénom + nom (pdurand pour Pierre Durand). Pas trop dur, donc, de repérer rapidement de qui il peut s'agir.

En naviguant un peu dans les pages, on arrive là-dessus :

Il s'agit de la liste de tous les utilisateurs classés par ordre décroissant de consommation de bande passante. On peut constater que le premier nom de la liste semble avoir été victime d'un déchaînement professionnel, avec pas moins de 2Go de trafics, tandis que le second en est à 10 fois moins. Damned, une telle activité en plein mois d'août semble être tout à son honneur. Sauf que.

Sauf que si on clique sur le nom de la personne en question, on obtient la liste de tous les sites webs qu'il a visité dans la semaine :

Bon, c'est en anglais, mais on devine assez vite de quoi il s'agit. La liste est longue, et pas franchement variée au niveau des thématiques...

Tout cela pourrait faire sourire, sauf si on se souvient que les pages en question sont publiquement accessibles par n'importe qui disposant d'une connexion Internet. Il s'agit bien évidemment d'une erreur de la part de l'administrateur système, mais il est quand même inquiétant de voir qu'en trois clics, on peut arriver à récupérer des informations personnelles plutôt gênantes sur une personne facile à identifier.

Et des données comme celles-là vous concernant, votre fournisseur d'accès à Internet en a certainement des tas. Et depuis le début de l'année, il a l'obligation de les conserver pendant un an, des fois qu'un officier de police ou des RG souhaite y jeter un oeil. Pour des raisons tout à fait légitimes, ça va sans dire.

jeudi 18 mai 2006

« Pour un monde plus juste, faites vos courses »

« Pour un monde plus juste, faites vos courses ». Cette phrase semble tout droit sortie du demi-cerveau d'un étudiant fraîchement émoulu d'une école de marketing qui aurait trouvé un stage de communicant chez Carrefour. Et bien non. Ou en fait, peut-être que si, sauf qu'il ne s'agit pas d'une pub pour Carrefour, mais d'une réclame pour Max Havelaar, « le label qui garantit le commerce equitable ». Et cette pub se trouve en dernière page du dernier Monde diplo, dont on apprend qu'il a d'ailleurs offert ce magnifique espace publicitaire a notre subversif annonceur. Trop sympa.

En dessous de ce slogan d'anthologie, on trouve en petits caractères le développement de la pensée de son auteur :

« Parce que les grands changements commencent par des gestes simples, ... »

Celle-là doit être à la page quatre du manuel des poncifs les plus éculés. Ça me rappelle les discours du type « oui mais pour changer la société, faudrait d'abord changer les gens » (sous entendu les autres). Et en attendant que ces salauds se décident à changer, je peux continuer à jouer en bourse l'esprit léger. Bref. Vous en connaissez beaucoup, vous, des grands changements qui ont commencé par des petits gestes ? 1789 ? La conquête des droits syndicaux ? Le front populaire ?

« ... grace a votre participation active au commerce équitable, ... »

C'est quoi une participation « active » au commerce équitable ? Monter une association ? Être bénévole ou militant dans un mouvement ? Signer des pétitions, écrire aux élus, boycotter les multinationales ? En fait, non. Tout cela est précisé dans la phrase d'après : « Café, chocolat, banane, jus de fruit, riz, vêtements en coton... sont autant de produits que vous pouvez acheter dans votre point de vente habituel ». Voilà. C'est ça une participation active : acheter les produits qu'on achète d'habitude, et au même endroit que d'habitude. Je consomme autant et pareil, je fais mes courses avec ma bagnole dans un hypermarché qui écrase les producteurs, vend de la merde inutile a prix d'or tout en bafouant les droits de ses salariés, et mine que rien, sans même vraiment m'en rendre compte, en fait, là, en mettant mon paquet de café dans mon caddy, je fais la révolution. Acheter des bananes avec le logo Max Havelaar dessus, c'est un peu comme si je montais une barricade au rayon charcuterie.

« ... vous contribuez à rendre le monde plus juste et donc plus égal. »

Acheter équitable aiderait donc à rendre le monde plus juste. Ça se discute (moins injuste serait sans doute plus exact), mais à la rigueur. Mais admirez le glissement sémantique : « et donc plus égal ». Alors là, non. Si on passe outre le fait qu'un « monde plus égal » ne veut strictement rien dire, on notera quand même que la confusion des notions de justice, d'équité et d'égalité est un procédé réthorique assez classique et pernicieux. Car Max Havelaar fait du commerce équitable, pas du commerce égalitaire. Son objectif n'est pas de fournir aux paysans du sud un niveau de vie égal à celui des consommateurs du nord, mais juste de lui permettre « de vivre de leur travail ». Il n'y a là rien de subversif, on pourrait même en forçant un peu le trait l'interpréter comme une manière de prolonger indirectement la durée de vie du système en évitant qu'il ne s'autodétruise par anéantissement des forces de travail les plus exploitées.

Tout cela me rappelle un article récent de CQFD sur le tri sélectif : par des « gestes simples », chacun a l'impression de faire quelque chose pour l'environnement. Et au final, le résultat est que des entreprises en profitent pour se créer des nouveaux marchés, d'autres évitent de voir remettre en question leur pratique de marketing et d'emballage à tout va, la société de consommation peut continuer à obésiter tranquille, tandis qu'en définitive très peu de déchêts sont réellement recyclés et qu'on continue a construire des incinérateurs géants.

À l'automne dernier, quand je suis allé chez l'Artisans du monde du quartier pour acheter mon huile d'olive et mon chocolat, j'avais été frappé par une remarque lancée par une mémé bénévole sur le seuil du magasin : « et n'oubliez pas de revenir pour Noël, on aura plein de choses intéressantes ! ». Quel peut bien être le sens d'un engagement dont l'objectif principal devient de faire du chiffre, comme n'importe quelle boîte privée ?

On sait bien qu'une des grandes forces du capitalisme, qui explique en partie sa longévité, est sa capacité à absorber et à intégrer ses adversaires. Et bien ça y'est, je crois que le commerce équitable a bel et bien été machouillé, avalé, et digéré.

vendredi 14 avril 2006

Appel à signer pour l'amnistie des anti-CPE

L'Huma vient de sortir un appel pour la libération des personnes interpellées et inculpées au cours du mouvement anti-CPE. Il faut rappeler la manière dont les jeunes ont été arrêtés, le plus souvent violemment et dans un arbitraire quasi-total, et la justice d'abattage qui les a condamnés fréquemment à de la prison ferme de manière expéditive et sans procès équitable.

Et il faut sans cesse rappeler que les violences qui ont eu lieu sont une réponse aux violences gouvernementales (surtout) et policières (parfois) et au mépris qu'on nous a inflogé pendant de longues semaines.

L'appel se trouve là :

http://www.humanite.fr/petition/meta828136

mercredi 29 mars 2006

Après "mangez des pommes", voici "mangez des poules"...

Tout le monde se rappelle du malheureusement célèbre "mangez des pommes" lancé par Chirac lors de la campagne présidentielle de 1995. Ce célèbre slogan n'était autre que le témoin de la profondeur et de la sincérité d'un projet politique bidon articulé autour du thème de la réduction de la fracture sociale au bénéfice de pauvres dont il avait soudain oublié le bruit et l'odeur. Ce qui, accessoirement, lui avait permis d'être élu.

Et bien Ségolène Royal, l'autoproclamée pseudo-candidate centriste aux prochaines élections présidentielles, vient de tenter une grossière contrefaçon avec une légère variante qu'on pourrait résumer par "mangez des poules". En déplacement dans une foire avicole, elle a en effet exhorté la population française à "sauver la filère avicole" en consommant "deux volailles par semaine". Elle aurait même ajouté : "Henri IV faisait la poule au pot le dimanche, nous on double la mise".

Il serait cependant trop facile d'attirer l'attention sur une déclaration isolée et décontextualisée. Ségolène Royal n'en est pas à son premier coup d'éclat politique. Preuve de sa radicalité de sa pensée et de l'authenticité de son projet politique, elle avait déjà coupé le souffle à l'opposition en annonçant le 7 mars dernier que la région qu'elle préside couperait ses subventions aux entreprises employant des CPE-CNE. Oui, oui, le 7 mars 2006. Alors que les CNE existent depuis le 2 août 2005. On admire l'esprit visionnaire et dénué d'opportunisme. Mais Ségolène va plus loin encore, elle n'hésite pas à dépasser un cadre national étriqué pour aller chercher ses idées loin à l'étranger, par exemple chez Tony Blair, qui n'est autre, je vous le rappelle, que Margaret Thatcher en plus féminin.

Bref. Quel est le projet de Ségolène Royal et du PS pour les présidentielles de 2007 ? Rien. Quelles sont les alternatives qu'elle propose pour lutter contre la pauvreté, le chômage, la précarité ? Rien. Que compte-t-elle faire des 24 milliards d'euros annuels versés aux patrons en réductions de cotisations sociales et qui ne servent à rien ? Rien, justement. Compte-t-elle renationaliser France Telecom, entreprise qui autrefois, publique, gagnait de l'argent tout en employant de nombreuses personnes dans des conditions acceptables, alors qu'aujourd'hui c'est une boîte privée qui perd du fric, nous innonde de pubs et de services inutiles tout en ayant réduit ses effectifs et entraîné une dégradation énorme des conditions de travail ? Apparemment non.

Ségolène Royal n'est, au fond, qu'un reflet. Une image. Un pur artefact médiatique, monté en épingle par des médias qui passent leur temps à s'écouter les uns les autres et à chercher qui mettre en première page de leurs sacs-à-pubs. Mais derrière, il n'y a rien. Niet. Néant. Pas une idée, pas un projet.

Et voilà qu'on commence déjà à nous balancer la question du "vote utile", que quand même, "ça va pas se passer comme en 2002", que cette fois les gens ne vont pas aller se disperser au premier tour et risquer un duel Sarkozy-Le Pen au second. Ben voyons. Si le PS n'a pas de candidat au second tour, ils n'auront à s'en prendre qu'à eux-mêmes. Cinq ans qu'ils n'avaient que ça à foutre, pondre un projet, des idées, une réflexion, une concertation, bâtir quelque chose de radical et fédérateur. Cinq ans qu'ils n'ont rien fait de tout cela, préférant se faire refaire les dents comme s'ils allaient au concours du salon de l'agriculture.

Voter utile, ça n'est certainement pas voter pour rien.

samedi 11 mars 2006

Le plan B est sorti !

Ayé ! Je viens enfin de recevoir le premier numéro du Plan B.

Qu'est-ce-que c'est que ça ? C'est un nouveau journal de critique des médias et d'enquêtes sociales, qui est en fait né de la fusion de deux excellents journaux, à savoir PLPL et Fakir.

Le premier numéro est à la hauteur des espérances. Toujours dans le ton de PLPL, avec encore plus de pages et davantage d'articles de fond tout aussi intéressants et bien documentés.

Histoire d'avoir un petit aperçu, je vous fais un copier/coller de la rubrique Chiffres & délices :

- Nombre moyen d'Allemands de l'Est tués chaque année en tentant de passer à l'Ouest entre 1961 et 1989 : 19.
- Nombre moyen de mexicains morts chaque année depuis 2000 en tentant de passer aux États-Unis : 407.

- Nombre total d'invités en 2005 dans les émissions Campus (France 2), Culture et dépendances (France 3), Mots croisés (France 2) et Ripostes (France 5) : 621.
- Nombre de cadres et professions intellectuelles supérieures invités : 570.
- Nombre d'ouvriers et d'employés invités : 1.

- Nombre de journalistes tués dans le monde en 2005 : 63.
- Nombre de syndicalistes tués dans le monde en 2005 : 145.

jeudi 10 novembre 2005

Google se tape Villepin (mais sans faire exprès)

Les ratés de l'indexation et de l'association sémantique sont un grand classique du web. On ne compte plus les exemples d'affichages malheureux de publicités "ciblées" tombant tout à fait hors de propos et apparaissant incongrues, voire scandaleuses. On sait aussi que Sarkozy et l'UMP utilisent Google ces jours-ci pour faire leur pub lors de recherches effectuées avec des mots-clés relatifs aux émeutes urbaines.

Et bien si vous mélangez un peu tout ça, vous pouvez obtenir des trucs plutôt rigolos, comme le montre la capture d'écran suivante, qui est certifiée véridique puisque c'est moi qui l'ai faite (et qu'accessoirement vous en trouverez d'autres copies ailleurs). C'est la page d'accueil de Google News France telle qu'elle apparaissait ce matin à 11h45 :

Capture Google

Voilà donc une illustration assez imagée et particulièrement pertinente de la politique du gouvernement en général et concernant les événements récents en particulier. Surtout si vous y ajoutez l'extrait de l'article de Libération qui y est associé et qui explique à propos de Villepin que "sous les marques de fatigue, le regard brille d'excitation".

P.S. : on pourra d'ailleurs remarquer que l'image en question montre une grande flexibilité, si je puis dire, dans le sens où elle semble pouvoir s'adapter à un grand nombre de thèmes d'actualité. De mon point de vue, on aurait sans doute pu la mettre en illustration de la brève précédent celle sur Villepin.

vendredi 26 août 2005

Grosse fatigue

Cher Grosse,

(vous permettez que je vous appelle Grosse ?)

Voilà, Grosse. Je vous écris parce que vous m'énervez. Alors que le terme blog n'existait pas encore, vous le pratiquiez déjà depuis longtemps. Alors que tant perdent leur temps à écrire trois billets par jour pour expliquer qu'ils ont changé de marque de dentifrice, vous n'écrivez que quand vous avez quelque chose à dire. Alors que tant (moi le premier) perdent leur temps à installer la dernière version du dernier moteur de blog avec le dernier thème qui tue pour faire croire qu'ils ont quelque chose à dire, votre site n'est que du bon vieux statique sobre à la main, mais parfaitement clair et agréable à consulter.

Et en plus, vous écrivez bien, très bien, et vous dites des choses intéressantes, fortes et sensibles.

Vous m'énervez, Grosse.

Je crois même que je suis un peu jaloux, tiens.

- page 2 de 3 -